Chroniques·classique·Fantastique·Policier·Société·Thriller

La ligne verte – Stephen King

Auteur : Stephen King

Edition : Le livre de poche

Genre : Thriller, suspense, enquête, fantastique

Année de sortie : 1996

Nombre de pages : 507 pages

Pour l’acheter :

Prix : 8,90€

Lalibrairie.com

Octobre 1932, pénitencier d’État, Cold Mountain, Louisiane. Le bloc E, celui des condamnés à mort, reçoit un nouveau pensionnaire: John Caffey rejoint ceux qui attendent de franchir la ligne verte pour rencontrer la chaise électrique, Miss Cent Mille Volts. Mais Caffey n’est pas comme les autres. D’accord, on l’a retrouvé auprès des cadavres ensanglantés de deux petites filles, mais il est étrangement absent. Jusqu’au jour où Paul, le gardien-chef, tombe malade et alors une terrible vérité semble s’esquisser. Qui est ce prétendu meurtrier aux pouvoirs étranges? Qui dresse Mister Jingles, l’étrange souris, bien trop intelligente? Quand Paul commence à répondre à ces questions, il sent que personne dans le bloc E ne sortira indemne de la rencontre avec John Caffey.

Aujourd’hui, c’est d’un classique de la littérature que je vais vous parler. Qui n’a jamais entendu parler de Stephen King ? Et surtout, je pense que tout le monde a déjà croisé de près ou de loin son livre ou film La ligne verte. C’est dans une vidéo de Petite lectrice sur YouTube que j’ai eu envie de me replonger dans cette histoire. Parce que oui, l’histoire de Caffey je le connais. J’ai vu le film quand j’étais petite et je me rappelais très bien de la fin qui m’a beaucoup marquée. Avec les années qui ont passé j’ai voulu me replonger dans cette histoire, l’une des préférées de mon père pour la découvrir en roman.

Tout d’abord, soyons honnêtes, je ne me rappelais pas de grand chose, pour ainsi dire rien de l’histoire sauf la toute fin. J’ai donc découvert comme un nouveau lecteur cette histoire. Mais également, ce roman est mon premier Stephen King. Connaissant sa renommée, je m’attendais à un certain niveau d’écriture et je dois avouer que j’ai été bluffée. J’ai complètement adhéré au narrateur, Paul, qui m’a semblé si réel, si présent qu’on aurait dit une autobiographie. L’écriture est parfaite, les émotions sont justes, réalistes.

Pour ce qui est de l’histoire en elle-même, je ne m’attendais pas à autant de fantastique, cela ne m’a pourtant pas tant gêné. J’ai essayé de découvrir l’histoire tel que l’auteur l’aurait voulu, c’est à dire par épisode mais cela ne collait pas vraiment à mon rythme de lecture et de travail. J’adhère néanmoins complètement au concept ayant adoré la saga Blackwater de Michael McDowell !

Je n’ai pas ressenti les émotions que beaucoup ont dû ressentir à la fin car je n’ai pas été surprise. Néanmoins on sent la plume de King qui nous tire les larmes.
Je pense arrêter ici cette chronique, ce roman ayant été maintes et maintes fois critiqué. J’ai passé un moment mémorable en compagnie de Paul, Caffey et Delacroix. Je ne peux que vous conseiller ce roman qui est adapté pour les personnes n’aimant pas l’horreur !

Ils en parlent également :

AnouklibraryBlack BooksLe duo livresqueLecture et cocooningLire et courir

4 commentaires sur “La ligne verte – Stephen King

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s