PAL

Ma PAL d’automne 2020 !

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, je vous retrouve pour un nouvel article que je n’ai encore jamais proposé sur mon blog.

Certains blogeurs présentent leur PAL pour le mois, pour moi c’est un peut difficile de me visualiser mes lectures sur laps de temps si court. J’ai donc choisi de vous présenter mes PAL à chaque saison.

Je n’organise pas vraiment mes lectures suivant l’époque de l’année, donc je suis complètement capable de proposer une lecture de Noël pour l’été ! J’organise mes lectures suivant mes envies.

C’est parti pour cette première saison !

J’ai très hâte de lire Changer l’eau des fleurs de Valérie Perrin. J’ai beaucoup entendu parler de ce roman et j’ai pas mal d’attente de cette lecture.

Voici le résumé :

Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses.

Leurs enfants après eux - Nicolas Mathieu - Babelio

Je prévois également de lire Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu. J’ai entendu de bons échos de ce roman et j’ai hâte de le découvrir !

Voici le résumé :

Août 1992. Une vallée perdue quelque part à l’Est, des hauts fourneaux qui ne brûlent plus, un lac, un après-midi de canicule. Anthony a 14 ans, et avec son cousin, ils s’emmerdent comme c’est pas permis. C’est là qu’ils décident de voler un canoë pour aller voir ce qui se passe de l’autre côté, sur la fameuse plage des culs-nus. Au bout, ce sera pour Anthony le premier amour, le premier été, celui qui décide de toute la suite. Ce sera le drame de la vie qui commence. 
Avec ce livre, Nicolas Mathieu écrit le roman d’une vallée, d’une époque, de l’adolescence, le récit politique d’une jeunesse qui doit trouver sa voie dans un monde qui meurt. Quatre étés, quatre moments, de Smells Like Teen Spirit à la Coupe du monde 98, pour raconter des vies à toute vitesse dans cette France de l’entre-deux, des villes moyennes et des zones pavillonnaires, de la cambrousse et des ZAC bétonnées. La France du Picon et de Johnny Halliday, des fêtes foraines et d’Intervilles, des hommes usés au travail et des amoureuses fanées à vingt ans. Un pays loin des comptoirs de la mondialisation, pris entre la nostalgie et le déclin, la décence et la rage.

Octobre - Søren Sveistrup - Babelio

Un livre un peu plus dans le thème de l’automne : Octobre de Søren Sveistrup. C’est un roman que j’ai dans ma PAL depuis longtemps, et j’ai bien envie de le sortir avant l’hiver !

Début octobre. La police fait une découverte macabre dans une banlieue de Copenhague. Une jeune femme a été tuée et abandonnée sur un terrain de jeu. On l’a amputée d’une main et au-dessus de sa tête pend un petit bonhomme en marrons.
On confie l’affaire à la jeune inspectrice Naia Thulin, à qui on donne comme coéquipier un inspecteur en burn out, Mark Hess. Ils ne tardent pas à découvrir que le bonhomme en marrons est porteur de mystérieuses empreintes, celle de la fille de Rosa Hartung, ministre des Affaires Sociales, enlevée un an plus tôt et présumée morte. Mais un suspect a déjà avoué avoir assassiné la fillette et le dossier semble clos.
Quelques jours plus tard, on découvre une deuxième femme assassinée et au-dessus de sa tête, un autre bonhomme en marrons sur lequel se trouvent à nouveau les empreintes de Kristine Hartung. Thulin et Hess cherchent un lien entre l’affaire de la disparition de la fille de la ministre, les femmes mortes et l’assassin qui sème la terreur dans tout le pays, et s’engagent dans une course contre la montre. Car ils en sont convaincus : le meurtrier est en mission et il n’en a pas encore terminé…

Songe à la douceur – Éditions Sarbacane

J’ai commandé ce roman la semaine dernière, j’ai hâte de le lire notamment car il est écrit en vers libres et je n’en ai jamais lu. J’ajoute donc Songe à la douceur de Clémentine Beauvais dans ma PAL d’automne !

Voici le résumé :

Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse, et lui, semblerait-il, aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il ne peut plus vivre loin d’elle. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ? 
Songe à la douceur, c’est l’histoire de ces deux histoires d’amour absolu et déphasé – l’un adolescent, l’autre jeune adulte – et de ce que dix ans, à ce moment-là d’une vie, peuvent changer. Une double histoire d’amour inspirée des deux Eugène Onéguine de Pouchkine et de Tchaïkovski – et donc écrite en vers, pour en garder la poésie
.

Hypersensibles Trop sensibles pour être heureux ? - Poche - Saverio  Tomasella - Achat Livre ou ebook | fnac

Je compte également lire Hypersensibles : trop sensibles pour être heureux ? de Saverio Tomasella. Ce livre traite d’un sujet dont j’ai très envie de vous parler sur le blog !

Voici le résumé :

Vous a-t-on déjà dit que vous étiez à vif ou «à cran», «caractériel», «prise de tête», douillet ? S’est-on déjà moqué de vos fréquents accès de larmes, de votre impulsivité ou, au contraire, vous a-t-on reproché vos silences et votre difficulté à communiquer vos sentiments ? Oui ? Il se peut que vous soyez «hypersensible»…

Les grands sensibles sont complexes, parfois paradoxaux : émotifs, vulnérables mais aussi empathiques, intuitifs, artistes… Leurs anciennes blessures semblent vives encore et s’ajoutent aux nouvelles, compliquant considérablement leur quotidien. Trop sensible, peut-on être heureux ? 
Il ne s’agit pas de gérer ses émotions mais plutôt d’apprendre à les vivre, de découvrir les richesses qu’elles peuvent apporter, de considérer son extrême sensibilité comme un trésor à partager. A bien y regarder, sensibilité rime avec humanité : en cela elle peut être source de joie, de créativité, et même, de bonheur !

Saverio Tomasella est psychanalyste, membre de l’Association Européenne Nicolas Abraham et Maria Torok, fondateur du Centre d’Études et de Recherches en Psychanalyse.

Et voilà ! Il y a certainement d’autres livres qui vont se greffer à cette PAL mais vous avez déjà une idée de mes prochaines lectures.

Vous en connaissez déjà ?

Passez une bonne soirée, à demain !

7 commentaires sur “Ma PAL d’automne 2020 !

  1. Très bonne idée les PAL par saison, c’est intéressant! J’ai récemment lu Octobre, en Avril (je suis aussi de celle qui ne respecte pas les saisons ^^) une lecture marquante que j’ai beaucoup apprécié !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s