Chroniques·Policier·Thriller

La vie secrète des écrivains – Guillaume Musso

Auteur : Guillaume Musso

Edition : Le Livre de Poche

Genre : Thriller, enquête

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 384 pages

Pour l’acheter :

Prix : 8,40€

Lalibrairie.com

Après avoir publié trois romans devenus cultes, le célèbre écrivain Nathan Fawles annonce qu’il arrête d’écrire et se retire à Beaumont, une île sauvage et sublime au large des côtes de la Méditerranée.

Vingt ans après, alors que ses romans continuent de captiver les lecteurs, Mathilde Monney, une jeune journaliste, débarque sur l’île, bien décidée à percer son secret. Commence entre eux un dangereux face-à-face, où se heurtent vérités et mensonges, où se frôlent l’amour et la peur…

Je n’avais pas lu de Guillaume Musso depuis bien longtemps mais ma mère a lu celui-ci et me l’a vivement conseillé.

Je m’étais éloignée de ses romans car je les trouvais de plus en plus moralisateurs sur l’écriture et les enquêtes me passionnaient moins. J’ai quand même laissée une chance à celui-ci.

Tout d’abord, je dois avouer qu’en ouvrant mon édition, j’ai été choquée par la taille des caractères du livre, bien supérieur à un livre de poche normal. En plus de cela les marges sont beaucoup plus grandes que dans les autres livres de cette édition. Rien d’étonnant que quand il y a 7 mots par lignes, on tourne vite les pages… Pour le coup cela m’a déranger car on parle de plus en plus d’écologie et d’économie de papier pour les livres, c’est assez révoltant d’utiliser plus de 380 pages pour un livre qui aurait pu en faire 250.. Enfin bref, je ne suis pas l’éditrice mais je me tenais de vous le dire.

Moi qui n’aimais pas les propos moralisateurs de l’auteur sur l’écriture (à croire qu’il sait tout mieux que tout le monde) dans celui-ci j’ai été servie ! Alors effectivement, il y a quelques réflexions qui sont quand même assez intéressantes, mais parfois cela n’apportait rien au texte.

Le résumé de cette histoire m’a bien sur beaucoup fait penser à La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker et cette impression a duré vraiment longtemps. Surtout que dans ce roman on y parle aussi beaucoup d’écriture…

Pour revenir à cette histoire en elle-même, j’ai vraiment eu l’impression que tout allait trop vite. Les actions s’enchainent, on a pas le temps de s’attacher aux personnages.

Le dénouement tient la route et je ne l’ai pas du tout vu venir. Le prologue (qui est le plus long chapitre de l’histoire) permet de mettre un point final à cette histoire.

Pour conclure, je pense que vous l’avez compris, je n’ai pas du tout mordu à cette lecture, je pense rester encore loin de Musso.

D’ailleurs en écrivant cette chronique, j’ai appris que ce roman était la suite de La jeune fille et la Nuit dans la Trilogie des écrivains, roman qui m’avait fait arrêter de lire du Musso mais je n’ai vu aucun rapport avec ce roman.

Ils en parlent également :

Quand LosUnivers s’en mêleLy & Dine bouquinent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s